Quatre

Elle est née.

Notre deuxième enfant.

La petite sœur de Z.

Un bébé qui ressemble au bébé qu’elle était, et qui en diffère : brune, tonique dès la naissance, sans fossette, sans coliques non plus jusque-là.

Un autre enfant.

Je ne pensais pas tomber amoureuse du deuxième enfant comme du premier. Et pourtant si. Les minuscules mouvements de son visage, l’emplacement des sourcils déjà si expressif, les mains qui jettent des sorts au ralenti.

Nous sommes quatre, et peut-être au complet. « Pour l’instant », dit-il. « Sans doute », dis-je. « Mais vous allez en faire mille, des bébés ? » dit Z. Et la dernière-née dort, regarde le monde, réclame les bras, le lait.

Nous sommes quatre.

Publicités

14 commentaires sur « Quatre »

  1. Une amie de ma mère, qui a eu deux enfants, m’avait dit, lorsque j’étais enceinte de mon unique fils à ce jour : « On ne retrouve jamais le sentiment ressenti pour le premier. J’adore mes deux enfants mais je ne peux pas m’empêcher de préférer l’aîné car il correspond à mes premières émotions de mère ». Depuis je me demandais si je tomberais amoureuse d’un second ou d’une seconde si un jour nous décidions d’agrandir la famille et c’est l’une des raisons (l’autre étant essentiellement lié à un besoin de retrouver une indépendance financière avant) qui me faisait hésiter. Et en plus si le ou la seconde pouvait être sans coliques, c’est encore mieux ! Bienvenue à la seconde et plein de moments inoubliables à vous quatre.

    1. Je ne sais pas si je les aime pareil, je connais mieux Z pour le moment, de K j’ai encore tout à découvrir (et de Z, encore énormément, cela dit). Mais préférer l’une à l’autre ne fait pas partie de mes craintes, de toute façon. En revanche je pense qu’en effet, et contrairement à ce que j’imaginais il y a quelques années, il est aussi délicat d’être l’aîné-e que d’être enfant unique, en tous cas quand l’histoire familiale (parentale) tient à peu près la route (je veux dire par là qu’il y a tout le lot d’emmerdes mais pas de drames).

  2. Je viens de découvrir ce blog par un des plus beaux billets qui soit…

    1+1, ca donne parfois des résultats merveilleux…

    Pleins de bonheur, et bienvenue dans ce monde (qui parfois peut être mangnifique)

  3. Je crois qu’il y a autant d’amour différents entre ses enfants, que d’amitiés différentes. Ce n’est pas la même personne, le même tempérament, alors on n’aime pas pareil mais souvent tout aussi fort. Je n’ai pas du tout les même affinités avec mes 2 loustics d’autant plus qu’ils sont garçon et fille mais il me serait impossible de choisir plutôt l’un que l’autre et c’est n’est pas pour être politiquement correct.
    Bonne découverte à toi de ce nouveau petit être.

    1. Merci ! Ton ainé/e c’est lequel ? Je crois que les mères ont à être particulièrement vigilantes envers leur aînée fille en fait … une sorte de rivalité ou de tentative de se prolonger est assez fréquente

      1. C’est mon fils, l’ainé. Pour ma fille, pour l’instant c’est elle qui me copie presque plus que je ne le souhaiterais. Non pas que j’ai peur qu’elle me surpasse: c’est déjà fait depuis longtemps et j’en suis ravie. Je crois qu’il n’y a que sur la discrétion et le respect des autres qu’elle a encore du chemin à faire. Elle a un tempérament tellement différent qu’il ne peut y avoir compétition ou prolongation.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s