Les pleurs de l’enfant qui vient d’être heureux

Un matin comme peu d’autres, les enfants levées, embrassées, nourries, habillées, parties avec leur père, la maison toute à moi pour une demi-heure avant l’arrivée de mon covoiturage.

Café. Musique. Et ce temps si précieux, ni assez long pour le déplier ni suffisamment court pour le traiter par-dessus la jambe, payer trois factures tweeter deux conneries laver trop d’assiettes.

Revenir ici et reprendre le fil de ce qui me tient à cœur.

Hier, Zé a pleuré.

Le Chap donnait un bain à Ava, la petite sœur si accaparante, et fatiguée, je m’étais allongée avec un livre, dans le lit parental. Une petite souris est venue me rejoindre, un peu étonnée d’être bienvenue je crois. J’avais rechargé mes batteries avec deux heures entre adultes le matin même, et je ne me sentais envahie, comme cela m’arrive, par l’enfant qui interrompt un moment de solitude. On a ri, on a parlé, on s’est câlinées, retrouvant avec bonheur une complicité, une évidence que je croyais perdues avec la naissance de Ava il y a bientôt un an et demi.

Au bout de vingt minutes, le Chap et Ava sortent de la salle de bain, cette dernière me réclame. J’explique à Zé que dans un petit moment, Ava nous rejoindra ou j’irai moi, la rejoindre. Zé, d’habitude très compréhensive avec sa sœur, refuse, d’abord en riant, et finalement en pleurant. Malgré mes promesses de prendre plus souvent des moments comme celui-là, de revenir la voir dès la fin de la tétée, elle pleure, quasi en silence, ce qui est d’autant plus impressionnant.

Et c’est bien. Ce n’est pas confortable, mais c’est bien.

Comme quand on croit qu’on n’a pas soif et que finalement, on ne s’arrête pas avant d’avoir bu le verre d’eau en entier. Comme quand on a les larmes aux yeux de quitter un ami après un week-end alors qu’on ne l’avait pas vu depuis deux ans et qu’on ne se rendait pas compte qu’il nous manquait.

Elle a eu accès à son besoin, et n’a pas pu le combler entièrement, mais maintenant nous savons tous les deux qu’il est là. On va pouvoir en prendre soin. Je vais pouvoir l’aider à l’exprimer.

Pleurer n’est pas forcément mauvais signe. C’est « juste » un signe (ou un signal). Je vais écouter.

Publicités

2 commentaires sur « Les pleurs de l’enfant qui vient d’être heureux »

  1. C’est très touchant parce que ça sonne juste. Et puis c’est courageux d’assumer cette difficulté à répondre aux besoins de l’une et de l’autre, même si c’est humain et compréhensible.
    Il y a plusieurs années, quand mon petit mec était un bout d’chou, j’avais expliqué à ma pédiatre que j’étais totalement désemparée face à ses pleurs en fin d’après-midi, que j’avais beau tout essayer rien ne le calmait et ça me rendait malade. Elle m’avait répondu : « parfois, ça fait du bien à l’enfant de pleurer. Il faut seulement l’entendre et l’accompagner du mieux possible ». En termes de contexte, ça n’a rien à voir et les bébés pleurent souvent pour se « décharger » des expériences intenses vécues dans leurs journées, de moments nouveaux et parfois incompréhensibles pour eux, mais ton texte m’y a fait penser. « C’est bien. Ce n’est pas confortable mais c’est bien », là aussi.

    1. Merci Junko (je mets beaucoup trop longtemps à répondre aux commentaires, aux mails, et aux blogs des copains en général.)
      Chez nous, on a clairement identifier ça (et on essaie de foutre la paix à nos enfants sur le sujet, sans toujours y arriver) : on ne leur met aucune pression sur la « réussite » ou « l’échec » (à sauter depuis le jeu des six ans, à coller tel truc, à transvaser …) mais on exige d’elles, comme en échange de cette absence de pression, qu’elles vivent bien leurs frustrations. Mais est-ce que la frustration, c’est un truc qui peut bien se vivre (d’autant plus à 5 ans) ? Et puis, au final, « Puisque ça n’a pas d’importance pour nous, ne pleure pas », c’est un beau déni de leurs émotions, hein … Donc bon. On a à mieux accueillir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s