Un joli samedi

Hier était un joli jour, une journée qui n’avait rien d’exceptionnel et qui n’était pas parfaite non plus (et certainement chiante comme la mort pour plein de gens), mais une belle journée comme elles se sont faites trop rares ces derniers temps, et j’ai envie d’en garder la trace.

Se lever, quitter la tiédeur d’Ava contre mon flanc, retrouver Zoé et son père en bas. Attendre le bruit de gorge de la cafetière italienne, goûter le café préparé par la môme. Répondre « je viens ou tu veux ta sœur ? » à l’appel d’Ava, entendre « Ma sœu’ ! ». Bouquiner, lire à voix haute, feuilleter d’autres livres avec un premier thé, un deuxième café.

from-above-2859257_1280
dh_creative via Pixabay

Se décider à aller au marché, juste Ava et moi, sa petite main bien au chaud dans la mienne et le froid tout autour.  Lui expliquer le petit gars vert et le petit bonhomme rouge du passage piéton. Courir dans la rue barrée aux voitures. Croiser les copains devant chez Guillaume, le cafetier ambulant, se faire offrir un chocolat chaud. Se réjouir qu’Ava ne le renverse que par terre. Discuter et acheter du café  pendant qu’Ava joue à chat avec les enfants des potes, se dire tu sais pour le poste de l’école maternelle, tu l’inscris la rentrée prochaine toi, à bientôt, à plus tard, à demain. Discuter avec la boulangère d’un voyage à Barcelone qu’elle fera en avril. Faire un tour à la ressourcerie, fouiller, choisir pour deux euros de petite vaisselle blanche pour un bricolage futur, et une veste très chaude pour trois euros.

provence-market-173065_1920
girochantal via Pixabay

Rentrer à la maison le temps d’une tétée, et puis filer manger, seule, chez une copine avec d’autres gens, dont une fille que je vais beaucoup aimer, je crois. Boire un peu trop et beaucoup rigoler, tirer quelques plans sur la comète, manger du houmous, une tartinade à la pistache et une autre à l’ail rose, et redécouvrir le croquant de la carotte crue après quatre jours de compote-purée.

hummus-1058001_1920
Ajale via Pixabay

Revenir chez moi trois heures plus tard, retrouver les aimé·es repu·es de frites. Le Chap parti au jardin, ouvrir avec les filles un livre de bidouilles emprunté la veille, faire des pompons avec une fourchette et décorer notre vaisselle avec de l’eau et du vernis.

Partir pour une réunion, les mômes sous le bras, réveiller Ava endormie pendant le trajet à l’arrivée, la garder près de moi comme un petit marsupial les trois heures qui suivent. Crier « bouge-toi le cul merde » pendant un jeu de rôle et trouver cela étonnamment plaisant. Rire et s’émouvoir.  Rentrer dans la nuit déjà avancée, retrouver l’homme que j’aime.

Se dire que c’était une belle journée.

Publicités

3 commentaires sur « Un joli samedi »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s