Rentrer le bois

Aujourd’hui j’ai dû rattraper très vite une bourde, huit stères de bois fraîchement livrées qui bloquaient la mini-pelle, laquelle doit repartir creuser d’autres trous demain.

Sans l’urgence j’aurais pesté, attendu un meilleur moment, en somme j’aurais traîné, et cherché de l’aide. Là, pas le choix, c’était moi ou personne, maintenant ou jamais, et il fallait le faire, alors j’ai allumé la radio, mis mes habits de chantier et m’y suis mise. J’ai pensé à préparé le terrain, à mettre des gants, à placer des palettes : je n’ai oublié que de m’étirer le dos, je m’en voudrai demain. Une seule pause, pour manger une clémentine, même pas savourée, prise par l’angoisse de ne pas finir avant l’orage, avant la nuit. Pas le temps de désemparer, c’était jouable mais tout juste, alors j’ai continué, un peu émerveillée quand même que ça avance, jubilant presque par anticipation de la tête que ferait le Chapeauté, lui qui croyait la chose infaisable en moins de deux jours.

Ce soir j’ai le dos dolent, une main un peu gonflée, quelques faux mouvements en sont la cause. Il est bien possible que pour une fois j’ai des courbatures demain, moi qui n’en ai jamais.

Et devant la maison il y a un tas de bois, mal agencé, mais qui permet à la mini-pelle de passer.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s