Un corps sur mesure

Depuis quelques mois, je me suis mise à la couture, et sans que je l’ai anticipé (mais youpi !),  mon rapport à mon corps s’en est trouvé amélioré.

P1160897
Couture en conditions extrêmes

J’ai la chance d’avoir toujours pu m’habiller dans des tailles qu’on trouve facilement, même si j’ai énormément varié au cours des dernières années. Je n’ai jamais eu à subir la grossophobie, juste l’injonction au corps parfait (comme s’il existait des corps imparfaits, soit dit en passant). Je me retrouve souvent entre deux tailles, avec des vêtements qui tombent mal ou qui me boudinent, ou les deux (team bon bidon et jambes fines).

La palme du moment désagréable (j’en parle avec légèreté, mais à l’époque j’en ai chialé, il doit d’ailleurs y avoir un billet sur le sujet qui traîne ici) revenant à l’essayage, entre mes deux grossesses, de soutien-gorges dont aucun ne m’allait (team dos large et petits seins, aussi), la vendeuse énervée finissant par déclarer que « ma taille n’existait pas ». J’étais devant elle, mes seins pas du tout inexistants à l’air et sous son nez, avec leur taille et leur forme spécifiques en démonstration sous ses yeux, mais j’avais tort de ne pas me conformer aux bouts de tissus qu’elle vendait – pas l’inverse.

Et ça, voyez, vous, ce n’est pas une chose qui risque de m’arriver en couture.

Je fais pour moi des modèles tout simples, surtout des jupes. Je prends mes mesures à chaque fois parce que j’oublie de les noter.

Je ne me range plus dans une catégorie qui me va plus ou moins, j’ai un chiffre non rattaché à une représentation, à un jugement (positif ou négatif) : 76. 105. 36.  A la fin, si je ne me suis pas loupée (et que j’ai mis du biais doré), le vêtement me va parfaitement, et je suis incapable de dire à quelle taille standard il correspond.

Et ça, entre autres choses survenues cette année (une frange – perdre du poids, hé oui – me tatouer – faire du qi qong presque tous les jours), ça me rend beaucoup moins critique avec mon corps.

Sur le sujet, cet article est dans mes favoris pour toujours. On peut aussi lire « Un corps parfait » de Eve Ensler (oui, qui a écrit Les Monologues du vagin »).

 

Publicités

Le tabou du deuxième enfant

J’ai deux enfants, je crois que c’est la plus grande joie de ma vie.

Et j’ai de la chance, au bout de deux mois je ressens de nouveau cette joie.

fem11
Rien à voir ?

Parce qu’entre le bouleversement de l’accouchement et l’amour débordant de ce début de vie à quatre, et ces jours plus paisibles, il y a eu un abîme.

Un trou de culpabilité, de honte, de violence.

Z a bien réagi à la naissance de sa petite sœur : elle a été disposée à l’aimer tout de suite, est très délicate avec elle, ne semble pas frustrée qu’elle soit trop petite pour jouer pour le moment. Elle traverse quelques régressions logiques et auxquelles on était préparé. Encore une fois, on se trouve chanceux : par rapport à certains copains (ni meilleurs ni pires éducateurs que nous), tout ça nous paraît gérable.

Et moi, je n’avais qu’une envie : ne pas la voir. J’ai eu des pensées qui m’horrifiaient, que je ne peux pas dire à voix haute et que je n’écrirai pas en public (non, je ne lui ai jamais souhaité du mal, mais ça a été la seule limite). Des pensées-réflexes, au son de sa voix, sur lesquelles je n’avais aucune prise. Comme quand quelqu’un vous insupporte, sans que vous sachiez pourquoi, de façon épidermique : cette personne-là se montre et tout en vous se crispe. J’étais horrifiée : je m’horrifiais. J’ai pensé être un monstre : pire (!), j’ai pensé être ma mère. Je me suis dit que contrairement à ce que je croyais, je n’aimais que les bébés et pas les enfants (et donc que j’étais un monstre, etc).

J’ai mis quelques semaines à en parler (et c’est plutôt court, j’ai eu de la chance) et là …

C’est extrêmement courant.

Pas systématique (tant mieux, on s’en passe), mais vraiment répandu (selon mon échantillon pas du tout scientifique, plus de la moitié des mères de plusieurs enfants passent par là. Ma sage-femme à qui j’en ai parlé ensuite me l’a confirmé).

Je n’en avais JAMAIS entendu parler (depuis j’ai découvert quelques articles de blog). J’ai lu des tartines et des tartines sur le bouleversement que la naissance d’un deuxième enfant allait représenter pour l’aîné-e, sur comment prendre soin de lui, la naissance de cette fratrie si fragile et sur l’ambivalence des émotions de l’ex enfant-unique.

Et RIEN sur ce qui pouvait m’arriver à moi. Un phénomène connu lié à la psychologie, au post-partum, aux phéromones, aux hormones …

Rien sur la FOUTUE mère sur qui reposent quand même deux-trois trucs, non ? RIEN.

Je ne peux m’empêcher d’y voir le mépris profond qu’on a pour le vécu des femmes – et en plus, des mères ? Ça a une âme, ces machins-là ?

Au contraire, j’avais plutôt entendu l’inverse : avec un deuxième, on est déjà parent, tout est plus fluide. Dans notre cas, c’est vrai qu’avec notre bébé, tout se passe très paisiblement. Mais avec l’aînée, et avec moi-même … quel désastre.

J’ai de la chance de m’en être ouverte si rapidement et d’avoir eu ce retour honnête et bienveillant. Aussitôt que j’ai su que c’était une phase partagée, normale, quelque chose s’est dénoué et j’ai retrouvé ma fille – ma relation avec elle.

C’est comme la phase de désespérance pendant l’accouchement, où tout d’un coup on ne se sent plus capable de le mener au bout, où l’on est persuadé qu’on ne va pas y arriver, ou même qu’on va mourir. Un moment bref, qui signale en fait que la naissance est imminente, et qu’on vit complètement différemment si on en est informé ou si on est seulement dans la détresse, sans savoir qu’elle est passagère et normale.

Vous imaginez ce que ça aurait été, de passer plusieurs mois, plusieurs années peut-être, à me sentir monstrueuse, à feindre un amour que je ne ressentais plus (tout en supposant, à juste titre, qu’il était là, en-dessous) pour ma fille ? Vous imaginez les dégâts ?

Ça aurait fini par passer, certes. Mais dans la douleur …

Merci les réseaux sociaux, merci le partage. Il en faut plus. Bien plus. Mais aussi de l’intérêt de la part des professionnels, des soignants, pour ces questions-là. Pour les mères.

Nous sommes importantes.

Et ma modeste contribution du jour est de parler de ce tabou.

Oui, on peut aimer ses enfants et être soudain submergée par des sentiments violents à leur égard, apparemment sans raison. On peut en parler, avec des femmes bienveillantes qui sont peut-être passées par là. On peut en parler aussi avec des femmes qui passeront peut-être par là un jour et que votre témoignage sauvera peut-être.

 

 

Un jour en France, les droits d’une femme

Je voulais poster ce billet le 8 mars, ma petite pierre personnelle pour la journée internationale des droits des femmes. Pas eu le temps, heureusement ou malheureusement ce combat-là n’est pas près de s’arrêter.

journé de la femme batman

J’ai lu ce tweet qui m’a renvoyée, brutalement, à une audience à laquelle j’ai assistée il y a quelques temps.

radio2

 

C’était au TGI, j’y emmenais des élèves dans le cadre de l’ECJS (éducation juridique, civique et sociale, devenue EMC, éducation morale et civique, il y a beaucoup à dire là-dessus).

Au TGI il y a des juges, un procureur, souvent des avocats, parfois des traducteurs (quand le plaignant ne parle pas français), et puis des gens, plaignants et victimes. Des gens qui en ont renversé d’autres, ou qui se sont fait renverser, des gens qui sont entrés par effraction quelque part, qui ont conduit bourrés, et plein d’autres que j’ai oubliés.

Il y en a une que je n’oublierai jamais.

Une femme d’une trentaine d’années, accusée de ne pas avoir présenté, une fois, leur enfant à son père dans le lieu neutre (je ne sais plus le nom de la structure, un précédent jugement l’avait désignée) où celui-ci venait le voir.

Le droit de visite du père n’avait pas été respecté. Le procureur l’a chargée pour ça (peut-être était-il dans son rôle, mais il avait été bien moins virulent dans d’autres cas, ce qui laissait penser qu’il avait une marge de manœuvre certaine, utilisée contre cette femme).

Elle avait eu un problème de voiture, le garagiste confirmait. (Elle aurait dû trouver une solution).

A de nombreuses reprises, elle avait présenté son fils et le père n’était pas venu, la structure confirmait. (Là, le père était venu, l’argument était non avenu).

Comme pour respecter le droit de visite du père, elle devait, elle, amener l’enfant à plusieurs heures de route de chez elle, à des dates convenues pour lui (son travail impliquant de longues périodes à l’étranger), elle avait perdu son emploi, son ex-patron lui avait fait une attestation. (Et alors ? Bien qu’un juge ait désigné cette structure pour superviser les visites, elle pouvait le recevoir chez lui, ce n’était qu’une indication après tout)

Le père avait été condamné pour violences conjugales envers elle (eh bien justement, punir le père et l’enfant pour quelque chose qui s’est passé dans le couple, c’est inexcusable, pense-t-elle seulement à l’intérêt de l’enfant ?).

Le père avait également été condamné pour maltraitance envers l’enfant, c’est pourquoi il avait un droit de visite et non de garde.

En plusieurs années, le père avait manqué 11 visites, sans jamais prévenir (une journée de mobilisation de la mère et de l’enfant à chaque fois). La mère n’avait aucun recours car c’était le droit (pas le devoir) du père de voir son enfant, pas non plus le droit de l’enfant de voir son père.

Dans le même temps, la mère avait manqué une visite. Elle se retrouvait au tribunal pour cela. La loi de son côté, à lui, malgré tout. La loi et le pouvoir.

Comment vous dire ma rage ? Comment vous dire la nécessité absolue du féminisme ?

Je n’ai pas su le verdict. De toute façon, quel qu’il soit, elle est déjà lourdement condamnée.