Jouer avec Amélie, Andrée et Julie

Un petit jeu d’écriture proposé par Amélie autour des mots d’Andrée Chedid (pour en savoir plus et découvrir l’atelier d’écriture du jeudi d’Amélie, c’est ici). Il fallait attraper le premier bouquin trouvé, et ce fut Mon amour, de Julie Bonnie.

 

Je te donne trois petits coups sur la porte
La vague d’un ailleurs

De l’attelage entre les heures
De l’oeuvre entre les gémissements

Je te donne trois ailes
Et le goût de l’envol

Merci Amélie !

Publicités

Les derniers bouquins adorés #1

Je lis beaucoup. Depuis toujours – enfant, adolescente, jeune adulte, je lisais souvent un livre par jour, au moins plusieurs par semaine.

Et puis, ma vie a changé, (les deux différences majeures étant le fait d’avoir des enfants et l’accès à Internet), j’y ai consacré moins de temps, mais j’ai toujours un livre en cours. Mon volume de lecture a diminué, et ma qualité de lecture aussi (je lis le soir dans la fatigue de la fin de journée, et la nuit pendant mes insomnies). Une chose qui n’a pas changé, c’est le critère qui me fait dire qu’un livre est bon (avec tout ce que ça peut avoir de subjectif, et c’est très bien comme ça) : un livre que je relirai.

Dans ma relecturothèque personnelle, il y a Jorge Semprun et Stephen King, Fred Vargas et  Siri Husdvedt, Romain Gary et Zola, Paul Auster et Mona Chollet, Anne Percin et Robin Hobb, Cynthia Voight et Aragon … Certaines œuvres, et pas d’autres.

Je me suis dit que j’allais vous en parler ici, des dernières lectures marquantes.

51+K91shwZL._SX195_ Inséparables, de Sarah Crossan. Déniché par sérendipité (je cherchais un bouquin de Clémentine Beauvais, qui l’a traduit), acheté sur son résumé (ça pourrait plaire aux élèves) et sa superbe couverture. Feuilleté lors de l’indexation, une minute de perplexité, et puis hop, je fus embarquée, et touchée, enfin bouleversée. Un roman que j’ai envie d’offrir depuis.

L’histoire : Grace et Tippi sont siamoises, et après n’avoir guère connu que leur famille et leur psy, elles entrent au lycée. Et tout change, sauf l’amour peut-être qu’elles se portent.

 

9782330090517

4321, de Paul Auster. J’ai tout lu de Paul Auster, et tout aimé, mais il y a quelques livres avec lesquels je n’ai fait que passer un bon moment, et d’autres qui m’ont construite. Après, ces dernières années, plusieurs opus de la première catégorie, celui-ci fait indéniablement partie de la deuxième, tellement que j’ai envie de vous en parler avant même de l’avoir fini ! Ferguson et ses chemins de vie répondent – par d’autres questions – aux questions que je me pose depuis toujours, interrogations cruciales et banales en ce sens qu’elles nous traversent toustes : qui suis-je ? Est-ce que j’existe en propre ou suis-je seulement ce que la vie, mon contexte, mes rencontres ont fait de moi ?

L’histoire : Quatre fois la vie de Ferguson.

 

Voilà pour le premier billet d’une rubrique qui en comportera, je le souhaite, beaucoup d’autres ! Et vous, quel est le dernier arrivé dans votre bibliothèque personnelle ? Et avez-vous un critère ou un signal qui vous indique que ce livre-là vous est destiné ?