Végétarienne débutante #3, les premières fois

Aujourd’hui cela fait deux mois que je suis végétarienne, j’ai donc tout du bébé sauf que c’est vraiment facile, bien plus que je l’imaginais, alors que je vis dans un département très (très) rural, et très (très) porté sur la viande (on a inventé le petit déjeuner aux tripoux, la saucisse et le foie gras, à en croire les gars du coin).

Depuis le dernier billet sur le sujet ici, j’ai repris les repas à la cantine, ai mangé dans un restaurant « menu unique payé par l’entreprise », et ai été invitée en ayant oublié de préciser que je ne mange plus ni viande ni poisson. Dans les trois cas cela se passe bien (ou s’est bien passé). A la cantine,  je mange des féculents  et des légumes, du laitage et du dessert. Une fois sur deux en gros, je suis obligée de passer mon tour sur l’entrée. Il est clair en revanche que si un jour je deviens végétalienne ou stoppe simplement les laitages, il faudra que j’amène ma gamelle. Au restaurant, j’ai expliqué que j’étais végétarienne (première fois d’ailleurs que j’utilisais le qualificatif publiquement) et on m’a servi une délicieuse pizza devant mes collègues envieux, sans supplément même si cela sortait de ce qui était convenu. Lors de l’invitation, j’étais plus embêtée, par peur de mettre mal à l’aise mes hôtes, mais j’ai assumé, et mangé ma purée avec l’accompagnement de la viande (des olives et des champignons, c’était bien bon), et personne n’a paru gêné plus d’une minute (« et tu veux des carottes ? et tu veux un oeuf ? »)

J’entends souvent dire qu’être végétarien n’est pas facile par rapport au regard des gens, je dois être bien entourée, car à part un peu d’ironie au boulot, je n’ai récolté que des réactions étonnées au « pire », et souvent admiratives.

Et côté frustration ? Aucune pour le moment ! L’odeur de la viande me plaît toujours, mais une fois dans l’assiette (des autres), elle ne me fait pas du tout envie. J’ai l’impression de davantage savourer ce que je mange. Sans doute parce qu’avant, ma « comfort food » pouvait facilement être carnée ou lactée, et que depuis que j’ai arrêté la première en souhaitant a minima ne pas augmenter la seconde, je mise sur les saveurs nouvelles (ou que j’avais négligées) : épices, herbes aromatiques, graines germées, noix en tout genre, fruits secs.

Je ne partage pas ma toute petite expérience pour vous convaincre de faire comme moi, ce serait carrément mégalo, et d’ailleurs je ne vous ai pas parlé de mes motivations. En revanche, si certains d’entre vous (aka qui lit encore ce blog ?) ont envie de passer au végétarisme mais sont effrayés, je serais ravie si cette lecture pouvait quelque peu les rasséréner.

Bon app, les gente.s.

Bon a

 

Publicités

Végétarienne débutante #2 : les menus

Comme promis, voici la première semaine de menus végétariens. Je ne suis pas sûre d’en mettre d’autres avant un moment, car on est très routiniers en ce qui concerne la bouffe (on mange ce qu’on aime, et ça ne nous dérangerait pas de manger le même plat à chaque repas), donc on change avec les saisons essentiellement.

On prend dix minutes pour faire les menus le samedi avant le marché parce que ça nous fait économiser du temps et de l’énergie (« t’as une idée pour le repas de ce soir ? » a disparu de nos fins d’aprem, et ne nous manque pas), de l’argent (plus de gâchis), de la place (on achète exactement ce dont on a besoin, et pas « ce qu’on a fini et qu’il faut remplacer »). Après il est fréquent que des repas changent de place, voire qu’un s’annule et soit remplacé par des restes par exemple.

Il y a des jours à deux repas, et des jours à un seul, quand il n’y a que les adultes à la maison le midi et qu’ils se nourrissent de tartines.

Tous les repas sont accompagnés de crudités mais je ne le note pas à chaque fois. En dessert on a accès à : des fruits, des compotes, parfois des yaourts.

Les fajitas (qu’on appelle chez nous tortillas parce que c’est le nom de la galette) sont carnés pour les uns, et végé pour moi : avocat-tomate-concombre-yaourt-épices.

P1170226

Voilà, mangez bien !

Végétarienne débutante #1

Y a plein de billets #1 dans ce blog, c’est parce que je suis pleine d’entrain, dirons-nous.

J’entame cette série (qui avec un peu de chance en sera vraiment une) parce que ça fait plaisir à FloBoucled’Or (et à moi aussi, évidemment). Je ne vais pas y parler des raisons pour lesquelles cette décision est la mienne, juste de ma façon de faire (mes menus, mes courses, ces trucs-là).

Aujourd’hui j’ai 36 ans et je me suis demandée ce que je me souhaitais pour cette année. Mes cerveaux (le ciboulot et les tripes) ont immédiatement produit deux réponses, à croire qu’elles attendaient en coulisses depuis un moment : devenir végétarienne et reprendre mon vélo. Dont actes.

Je vais donc arrêter de manger des animaux (poissons compris), en revanche je ne vais pas pour l’instant devenir végétalienne (donc je vais continuer à consommer produits laitiers, œufs et miel, en gros), donc pas besoin de me prendre le chou sur les protéines ou le complément alimentaire (sachez que la prise de chou, si l’option végétalienne vous intéresse, est minimale et ne devrait pas vous décourager).

Je mange déjà relativement peu de viande (= pas à tous les repas mais plusieurs fois par semaine quand même), néanmoins c’est un changement conséquent. Je suis pour l’instant la seule de la famille à devenir végétarienne : le Chap et les deux mômes continueront à consommer de la viande, mais sans doute moins.

C’est surtout le Chap qui cuisine, nous établissons les menus pour la semaine et faisons les courses le samedi. On a aussi un potager. Rendez-vous donc demain pour pour la première semaine de menus végé friendly !

Pour la vie sociale (ie la cantine et les restos) ça peut être plus difficile puisque nous vivons dans une cambrousse à tradition charcutale élevée.

En attendant, ce soir c’est fête et on a commandé des pizzas : une végé sans poivrons (et hélas sans cœur d’artichaut, je suis tombée sur la seule pizzeria de France qui n’en met pas dans sa végé), une trois fromages et une que je ne mangerai pas.

Je ne sais pas si ça se sent à la lecture, mais je suis joyeuse de ma décision !

Bon appétit !